Balance

Saturne rétrograde en Verseau du 11 mai  au 29 septembre 2020. Voici l'impact qu'il exercera sur votre signe solaire ou ascendant natal :

 

Tisser des liens nouveaux, nouer de nouveaux contacts, voilà qui sera le pilier principal de vos activités au cours de cette phase rétrograde. Cependant, préparez-vous à ce qu’une activité soit remise à une date ultérieure et/ou annulée, ou encore qu’elle puisse être tenue au moment où vous aviez déjà un engagement prévu. Si vous avez à choisir lequel vous devriez prendre part, misez sur celle qui a trait à vos affaires ou qui relève d'un contact professionnel. Chose certaine, vous allez soit remettre en question et/ou penser plus à tous vos engagements à présent, sans compter que tout suggère que vous vous sentirez plus introspectif comme jamais. De plus, soyez avisé que votre créativité sera plus en déclin et/ou au ralenti.

Pluton rétrograde en Capricorne du 25 avril et le 4 octobre 2020. Voici l'impact qu'exercera cette planète sur votre signe et ascendant natal :

 

Durant de cette phase, attendez-vous à des changements majeurs au niveau de la famille, pour ce qui est de votre foyer et vie personnelle. L'idée que vous puissiez encourir un dégât ou des ennuis possibles avec votre propriété, dans votre appartement ou avec votre propriétaire est possible sans compter qu’une réparation pourra nécessiter toute votre attention. Tout suggère qu'au cours de cette période vous serez plus porté à penser à vos ancêtres ou à une personne âgée de votre entourage. Suivant que ce sera un temps où vous serez plus méfiant à l'égard des gens qui vous entourent, assurez-vous que vos portes et fenêtres sont bien barrées lorsque vous quittez le foyer si ce n'est juste pour mieux éviter d’être la victime d’un vol. Malgré tout cela,  attendez-vous à une perte possible. Or, évitez de vous fier qu’aux apparences lorsque vous rencontrerez des gens nouveaux.

Pour plus d'informations, procurez-vous Astro-logique: Horoscope 2020. Merci d'encourager l'autrice

Mes meilleures vibrations - Marie Christine Dean

Tous droits réservés, sur le texte